Campagne de prévention nautique de la FQCK

Fédération québécoise du canot et du cayak

Avec le support financier de Transports Canada

Bureau de la sécurité nautique
La campagne de prévention nautique « sur l’eau ça va de soi » vous rappelle que la sécurité est faite de gestes simples qui peuvent finalement sauver des vies. Tous les jours, nous faisons ce qui « va de soi », pour notre confort ou notre sécurité. C’est la même chose sur l’eau!
Découvrez 11 facteurs de risque et les moyens simples de les éviter.

Soleil (rayon UV)

DESCRIPTION

Déshydratation, coup de soleil, brûlure, mal de tête, coup de chaleur, frissons, nausées, ophtalmie, etc.

Le soleil, que nous apprécions tous lors de nos activités, peut rapidement se retrouver dans la liste des facteurs de risque.

D’autant plus facilement qu’il est perçu, au départ, comme un ami.

Soleil

Le soleil, un agresseur?

Le soleil peut nous agresser à notre insu de deux façons : il nous brûle et nous dessèche. Heureusement, la parade est simple et nous permet de profiter de sa présence sans en subir les conséquences.

Se protéger

• Pour une protection légère de la peau, une crème solaire à haute protection est un minimum, mais elle doit être renouvelée fréquemment. Elle devrait être vue comme une protection complémentaire pour les parties de peau toujours exposées (visage, cou, mains).

• Des vêtements légers vous offriront une meilleure protection, et vous garderont au frais s’ils sont humides. En canot, un pantalon léger sera important pour protéger les cuisses. Lisez le paragraphe ci-contre, soit S’habiller pour le soleil?

• N’oubliez pas de vous couvrir la tête d’un chapeau et prévoyez une attache pour que le vent ne l’emporte pas.

• Vos yeux aussi peuvent brûler s’ils ne sont pas protégés (ophtalmie). Ils sont d’autant plus à risque que le soleil se reflète sur l’eau, multipliant l’effet des rayons UV. Des lunettes de soleil sont indispensables sur l’eau : des verres polarisés permettent une meilleure vision en diminuant les reflets. Comme votre chapeau, attachez-les!


S’hydrater

• Buvez régulièrement, de petites quantités d’eau, ou d’un mélange d’eau et de jus de fruit. L’alcool ne devrait pas figuré parmi vos choix! Voyez la capsule vidéo Alcool.

• N’attendez pas d’avoir soif. La soif est un système d’alerte du corps qui vous indique qu’il manque déjà de liquide. Le temps de l’avaler et de le digérer, la situation va empirer.

• Un mal de tête est souvent la conséquence d’une déshydratation. Avec le manque de liquide, votre sang « s’épaissit », circule moins bien et irrigue moins le cerveau… qui signale alors un problème.

• Des nausées ou des vomissements sont un signal d’alarme majeure, souvent dû au coup de chaleur. Votre corps n’est plus capable de se refroidir assez et a besoin d’une aide urgente… en milieu hospitalier.

 

Soleil et eau froide

Q : Comment s’habiller s’il fait chaud, mais que l’eau est froide?

R : On s’habille toujours en fonction de la température de l’eau. Vous ne voulez pas avoir trop chaud, mais vous devez avoir une protection si vous tombez dans de l’eau froide (8°C température du Saint-Laurent en juillet dans l’estuaire et le golfe). Il sera donc d’autant plus important de boire régulièrement et de vous asperger dès que vous sentez que vous avez trop chaud. Retenez qu’il est beaucoup plus facile de se rafraîchir que de se réchauffer.

La formule suivante, regroupant la température de l’eau et de l’air, vous aidera dans votre choix vestimentaire. Si le total est inférieur ou égal à 38⁰C (100⁰F), vous devriez porter un vêtement isothermique (wet suit, dry suit). Au-dessus de cette température, analysez les conséquences d’un chavirement (temps à passer dans l’eau, proximité du bord, aide extérieur, etc.) et faites votre choix.

Plusieurs vêtements minces et moulants vous donneront la polyvalence nécessaire pour faire face aux grandes variations de température et de conditions météo. De plus, leur volume réduit en facilite le rangement et le temps de séchage.

S’habiller pour le soleil?

Si vous observez l’habillement des populations vivant sous un climat très ensoleillé, vous verrez qu’elles portent toujours des vêtements longs pour se protéger. C’est la même chose pour nous sur les plans d’eau lors d’une journée d’été ensoleillée.

• Les coups de soleil sur les pieds sont très douloureux et vous handicapent pendant des jours! Portez toujours des chaussures ou des bottillons de néoprène munis d’une bonne semelle. Une chaussure qui tient bien le pied vous protégera aussi des blessures dans vos déplacements à terre et lorsque vous marchez dans l’eau.

• Préférez le pantalon léger au short. En canot, il vous protège du soleil, du vent, des insectes et des branches qui ornent les portages. En kayak, il vous garde au chaud durant la randonnée, coupe le vent quand vous êtes à terre et vous protège si vous devez débarquer dans l’eau lors d’un accostage.

• Un chandail à manches longues vous protège du soleil et des insectes, mais aussi d’une friction toujours possible du bras ou de l’épaule sur le VFI. Les vêtements synthétiques, qui absorbent très peu d’eau, sécheront rapidement sur vous tout en vous gardant au frais. Vous n’aurez pas à vous enduire régulièrement les bras de crème solaire et à redouter les coups de soleil.

• Un chapeau est préférable à une casquette, car il va créer une ombre plus grande qui vous protégera aussi le cou et les oreilles. Prévoyez toujours une attache, même si certains modèles flottent!

 

Facteurs aggravants

Le vent peut vous jouer de mauvais tours, car il vous rafraîchit, compensant ainsi la brûlure du soleil. Quand vous vous retrouvez à l’abri du vent et que vous sentez que votre peau est chaude, il est trop tard, le coup de soleil est là!

Il va aussi vous voler une partie de votre humidité, accélérant ainsi la déshydratation. Il est donc important de boire régulièrement, même si vous ne sentez pas la soif.


La fraicheur de l’eau est aussi un piège, car elle crée, comme le vent, un climat plus frais qui vient masquer temporairement la brûlure du soleil.